ALCOOL

Les médecins recommandent que l’alcool soit évité pour les personnes atteintes d’hypechylomicronémie.

La raison est que lorsque l’alcool est transformé par le foie, le sous-produit est de la graisse.

Il se pourrait que vous décidiez de réduire votre consommation de gras pour vous permettre de boire de l’alcool pour ne pas avoir de symptômes.

Comme pour tout le reste avec cette condition, c’est une décision très personnelle.

Cependant, n’oubliez pas que l’alcool augmente l’inhibition.  

Vous pourriez constater que lorsque vous avez bu de l’alcool votre jugement est altéré et vous pourriez vous donner la permission de manger des aliments interdits ou dommageables.

Si vous buvez suffisamment pour que vous ayez une gueule de bois le lendemain, sachez que vous pourriez ressentir des fringales pour les aliments gras et sucrés qui rendent le « bien manger » très difficile à réaliser.

L’alcool contient beaucoup de sucre, ce qui augmente la charge de travail de votre pancréas et peut donc augmenter votre risque de développer le diabète de type 2.

Si vous décidez malgré tout de boire, essayez d’éviter les boissons très sucrées comme les vins fortifiés ou des cocktails.

Si vous buvez des spiritueux, peut-être choisir le gin ou la vodka qui sont relativement «sec» et peut-être aller pour des cocktails sans sucre.