AVOIR UNE APPROCHE POSITIVE

Bien qu’il soit vrai que les personnes atteintes de la condition perdent beaucoup de spontanéité autour de la nourriture versus ceux qui jouissent d’aucunes restrictions alimentaires, avec un peu et parfois beaucoup de planification, il n’y a aucune raison pour que les personnes atteintes d’hyperchylomicronémie (HCMN) ne puissent pas mener une vie saine et intégrée.

Que puis-je manger?

Vous pourriez trouver utile de faire une liste de tous les aliments que vous savez que vous pouvez manger et tous les aliments que vous savez que vous ne pouvez pas manger et tous les aliments dont vous savez que vous devez faire attention.

Par exemple, la poitrine de dinde avec la graisse et la peau enlevée serait un « je peux manger », le fromage cheddar gras serait un «je ne peux pas manger », et le tofu dessert serait quelque chose que vous devrez faire attention.

Vous pouvez élargir ceci en ajoutant vos produits préférés.

Soyez conscient que ce que vous pouvez manger lorsque vous préparez la nourriture à la maison sera très différent de ce que vous pouvez manger dans un restaurant ou à la maison d’un ami non informé. 

Ça peut être une ressource utile lorsque vous mangez à l’extérieur.

C’est quelque chose que vous voudrez peut-être ajouter à mesure que vous découvrirez de plus en plus de choses qui conviennent à vos restrictions.

L’utilisation de cette ressource peut vous aider à planifier vos repas plus facilement.

Pour ceux d’entre vous qui ont un flair pour la cuisine, voir les types d’aliments que vous pouvez manger peut inciter une idée.

Les personnes atteintes de la maladie, ou les partenaires intéressés peuvent découvrir toutes sortes de façons de préparer des aliments sans gras.

Partagez vos réussites via notre page «recettes».

Pourquoi je mange trop de gras parfois?

C’est difficile de savoir ce qui gouverne les habitudes alimentaires d’un individu, ainsi, essayez et soyez honnête avec vous-même sur la façon dont vous vous êtes trouvé à manger plus de matières grasses que vous aviez prévu et élaborer des stratégies pour éviter de répéter la même situation.

Vous savez peut-être déjà si vous êtes le type de personne qui peut changer tout en même temps avec succès ou si vous avez besoin de faire de petits changements qui sont facilement réalisables et qui au fil du temps amènent jusqu’à un grand changement.

Par exemple, vous pourriez être n’importe où sur le spectre, d’une part, vider votre garde-manger de tous les aliments que vous voulez éviter, d’autre part, progressivement remplacer les articles avec des options plus saines.

Bien sûr, votre situation personnelle et les besoins des autres membres de la maison peuvent influencer ou limiter votre approche.

Ça doit être un mode de vie, pas un régime

Un des problèmes de la vie pour les personnes atteintes d’HCMN est que son impact a tendance à être minimisé, car actuellement le seul moyen de le gérer est de limiter la consommation de gras à un niveau qui permet une vie sans symptômes.

Le chemin court pour cette situation est «avoir une diète faible en gras».

Malheureusement, le mot «diète»  dans ce contexte peut immédiatement mettre l’expérience de vivre avec L’HCMN dans le monde de la perte de poids, du choix, de la «mode» et peut mettre sur un pied d’égalité avec les différents régimes que les gens visent à conserver en raison de leurs allergies et intolérances ou encore leurs obésités.

Ça se peut que vous ayez intériorisé cette façon de penser avec votre situation.

Si vous pensez de cette façon, ça peut immédiatement ajouter un élément négatif à votre vie comme «diète» a des connotations de restriction, ou «bon» ou «mauvais» comportement.

Si c’est le cas (et vous seul saurez comment vous approchez de la condition), essayez de recadrer votre situation comme un choix pour être en bonne santé et comme un changement vers un mode de vie sain.

Essayez d’oublier l’idée «diète».

Pensez plutôt que de mettre en place des modèles et des habitudes qui une fois intégré dans votre routine quotidienne vous permettra d’être confiant de ce que vous mangez et vous libère de l’anxiété induite par le régime et le stress et vous fournira une cuisine que vous aimez et sera plus facile à gérer.

Changer les habitudes alimentaires plutôt que de suivre une diète est moins susceptible de vous conduire à vous sentir mal si les choses ne vont pas si bien un jour.

Sentir que vous avez brisé votre alimentation est plus susceptible de conduire à un comportement d’autopunition de continuer à manger de la mauvaise nourriture (parce que je suis une mauvaise personne de ne pas suivre ma diète).

Revenir à des modèles sains est un processus plus facile que de revenir sur une diète alimentaire.

Parler aux autres de l’hyperchylomicronémie

Lorsque vous parlez de votre état à de nouvelles personnes, trouvez un moyen rapide et facile d’expliquer les bases de la condition qui ne comprend pas le mot «diète».

Vous pourriez dire quelque chose comme :

“J’ai un déficit en lipoprotéine lipase ce qui signifie que je n’ai pas (ou pas assez) d’enzyme qui décompose les gras.

Si je mange du gras, il reste dans mon sang créant toutes sortes de complications et conduit à une pancréatite.

Il n’y a pas de médicaments pour cela, je dois juste éviter de manger du gras en premier lieu.”

Trouver un moyen de dire cela qui fonctionne pour vous.

Les gens vont suivre votre exemple, si vous minimisez l’impact de la maladie, ça sera plus difficile pour les autres de vous prendre au sérieux.